Blog

12/07/22

Juin-juillet

1

IRSN, 08-07

Baromètre IRSN 2022 sur la perception des risques et de la sécurité par les français.

Lire

2

ACTU, 08-07, J. HURISSE

En Mayenne. La société Aprochim condamnée pour des pollutions récentes aux PCB.

Lire

3

INTERCOMMUNALITÉS DE FRANCE, 01-07

Risques et gestion de crise : quel rôle pour l’intercommunalité ?

Lire

4

OUEST FRANCE, 30-06, J.-M. CUNIN

« Même quand il y a les sirènes, on ne bouge pas » : la vie quotidienne près d’une usine Seveso.

Lire

5

LA GAZETTE DES COMMUNES, 27-06, I. VERBAERE

Pollution industrielle : ces élus qui veulent monter en compétences.

Lire

6

FRANCEINFOS, 21-06, B. MEZERETTE, M. VANLATON

Pollution au plomb de Metaleurop : plus de 7 500 enfants et jeunes appelés à se faire dépister dans 5 communes du Pas-de-Calais.

Lire

7

LE MONDE, 21-06, N. SIX

Six questions sur FR-Alert, le système d’alerte d’urgence qui arrive sur nos smartphones.

Lire

8

FRANCE INTER, 03-06, A.-L. BARRAL

La pollution des sols : le parent pauvre de la politique écologique.

Lire

9

20 MINUTES, 01-06, J. LE.

Lyon : Une ONG saisit la justice contre deux entreprises jugées polluantes à Pierre-Bénite.

Lire

10

FRANCE CULTURE, JUIN 2022

Histoire de pollutions.

Écouter


04/07/22

Collectivités et pollutions industrielles – Rencontre #2

A partir du « cas d’école » du bassin de Fos/étang de Berre, des problématiques rencontrées in situ et des démarches engagées depuis plus de 15 ans sur ce territoire, l’Institut Ecocitoyen nous propose une séance de formation, d’acculturation et d’échanges. L’objectif est de poser les bases d’un état des lieux de la connaissance sur le sujet tout en renforçant le travail en réseau des collectivités concernées par ce sujet.

Cette journée technique est ouverte aux élus et techniciens des collectivités intéressées par le programme porté par AMARIS, en partenariat avec la Métropole de Lyon, l’Institut Ecocitoyen et l’ENTPE.

Inscription : en cliquant sur ce lien

ORDRE DU JOUR PRÉVISIONNEL – 29 septembre

Animation – Philippe Chamaret, directeur de l’institut Ecocitoyen

Décryptage 1 – Pollutions : de quoi parle-t-on ?

Émissions, transferts, impacts sur la santé et sur l’environnement. Quels sont les mécanismes ? A partir de quels seuils parle-t-on de pollutions ?

Objectif : Partager une connaissance commune des bases scientifiques et des mécanismes en jeu

Décryptage 2 – Connaître, suivre et mesurer

Étude de zone, suivi environnemental, étude épidémiologique, etc. : que peut-on attendre de ces outils ? Quelles sont leurs limites ? Peuvent-ils répondre à vos questions ?

Objectif : Discerner les tenants et aboutissements des outils réglementaires de connaissance et de suivi des pollutions et de leurs effets sur l’environnement et la santé humaine.

Décryptage 3 – Savoir qui fait quoi

Comment les collectivités se sont-elles emparées de ce sujet ? Quelles réponses apportées depuis 10 ans sur le sujet des pollutions industrielles ? De l’industriel à l’habitant en passant par les services de l’État : quel est le rôle de chacun des acteurs ?

Objectif : comprendre le rôle – et les limites – des acteurs à partir du cas concret de l’étang de Berre

INFOS PRATIQUES

Journée technique limitée à 30 personnes
Lieu :  Paris (22 rue Joubert)
Horaires : 10h à 16h30
+ d’info : 01 40 41 42 12

Inscription : en cliquant sur ce lien


04/07/22

Nos recommandations pour limiter l’exposition des populations

RAPPEL

L’association AMARIS appelle, depuis des années, une démultiplication et une modernisation des moyens d’alerte. Cette modernisation passe notamment par l’utilisation du cellbroadcast et/ou des SMS géolocalisés. Au-delà de ces aspects techniques, l’association appelait également une réflexion plus globale sur le rôle des acteurs responsables de l’alerte aux populations (maire et préfet), leurs compétences et leur formation en la matière. L’accident de Lubrizol avait en effet mis en évidence des dysfonctionnements sur lesquels il est primordial d’agir.

Dans la mesure où ce sujet représente un enjeu pour nos adhérents et pour les maires qui sont responsables pénalement aussi longtemps que l’autorité préfectorale n’indique pas formellement au maire qu’elle prend la direction des opérations, c’est-à-dire dans la majorité des cas, l’association AMARIS était présente, en qualité d’observatrice, pour assister aux expérimentations du cellbroadcast dans deux communes adhérentes : à Fos-sur-Mer le 17 mai et à Solaize et Feyzin, le 7 juin 2022.

EN RÉSUMÉ

> Principales observations de terrain – Lors des deux expérimentations, le déclenchement de FR-Alert a été très tardif dans le processus de gestion de crise. La notification FR-Alert a été envoyée bien après le déclenchement des sirènes PPI et l’utilisation des système d’appels en masse des communes.

> Une appréciation d’ensemble très positive – Le dispositif FR-Alert est un appui incontestable à la gestion de crise. Complémentaire des outils plus classiques, cet outil basé sur la technologie du cellbroadcast a été reçu positivement dans les retours à chaud recueillis par AMARIS auprès des élus et techniciens présents dans les cellules communales observées.

> En analysant plus finement les retours de terrain, nous relevons cependant des dysfonctionnements susceptibles de brouiller le bon usage de l’outil et proposons des pistes d’amélioration concernant son utilisation et son articulation avec les autres outils d’alerte à disposition des acteurs de la gestion de crise.

7 RECOMMANDATIONS 

GAGNER EN RAPIDITÉ

1. Le maire, l’industriel ou le SDIS doit pouvoir utiliser cette technologie de manière concertée avec le SIDPC :
> sur tout évènement pour lequel le maire reste Directeur des Opérations de Secours (DOS), c’est-à-dire le cas le plus fréquent, y compris lorsque les premiers éléments d’information sur l’évènement laissent à penser que la Direction des opérations pourrait revenir au Préfet ;
> sur les évènements à cinétique rapide, a minima pour alerter sans délai le territoire concerné en première intention.

2. Les circuits de production des messages d’alerte doivent être impérativement raccourcis et s’élaborer au plus près de la décision opérationnelle.

3.  Des messages pré-rédigés par des spécialistes de la communication de crise et pré-fléchés selon la typologie d’événement, pourraient permettre de gagner du temps. Des collectivités sont déjà dotées de banque de messages ayant fait l’objet de cette approche pour leur dispositif d’alerte en masse multicanal.

GAGNER EN EFFICACITÉ

4. Les collectivités doivent être informées (voire associées) :
> du contenu des messages ;
> du périmètre de leur diffusion géographique pour anticiper une éventuelle alerte trop large impactant des zones de populations et d’activités économiques susceptibles de réagir « à tort » ;
> de l’activation de FR-Alert.

5. Les divers canaux d’alerte (Sirènes PPI, dispositifs d’appel des collectivités et FR-Alert) doivent être coordonnés et synchronisés pour diffuser une alerte cohérente. Bien qu’ils peuvent paraître obsolètes par rapport à la technologie déployée dans la mesure où ils reposent sur une inscription volontaire, les outils existants présentent des atouts pour la gestion de crise :
> Les serveurs d’appels en masse sont, à ce jour, les seuls outils à disposition des communes.
> Les outils des collectivités (message vocal, SMS et courriel) enrichissent les voies d’alerte et sont mis à disposition de l’autorité préfectorale.
> Ils permettent d’alerter un secteur géographique précis.
> Les messages vocaux peuvent être réécoutés et les SMS et les courriels sont permanents.

6. Les notifications envoyées s’effacent. Il faut renforcer les outils d’informations pour permettre aux destinataires de relire le message, d’alerter ses proches, etc.

7. Des réglages techniques sont encore à réaliser pour assurer la bonne réception des messages. La réception (ou non) des messages a pu, en effet, dépendre des conditions techniques de réception liées aux systèmes d’exploitation du téléphone, à l’opérateur ou à la mise à jour récentes de ces systèmes par les propriétaires des téléphones.